Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 20:40

NegaWatt montre la voie


de la transition énergétique

 


  Comment sortir du nucléaire et disposer d’énergie essentiellement renouvelable en 2050, sans pour autant « revenir à la bougie » ? Eléments de réponse avec le scénario Négawatt 2011.

 

 

Depuis 2001, les experts de l’association NégaWatt se creusent la tête pour répondre à cette question : comment, en 2050, disposer d’un système énergétique national autosuffisant basé en priorité sur les ressources renouvelables, non dépendant au pétrole, et dénucléarisé ?

Ils présentent pour ce faire un premier « scénario » en 2003, qu’ils actualisent en 2006. Le 29 septembre dernier, l’association révélait sa dernière mouture à partir des données de 2010. Et, bonne nouvelle, il est encore temps ! Sans attendre d’innovation technologique miraculeuse, la France a les moyens de subvenir à tous ses besoins énergétiques (s’éclairer, se déplacer, se chauffer, se divertir…) en sortant du nucléaire, sans pour autant sacrifier ni la lutte contre le changement climatique, ni notre qualité de vie.

La méthode et le démarche des experts n’ont pas changé. La première question qu’ils se posent coule de source : « De quelle quantité d’énergie aurons- nous vraiment besoin en 2050 ? » Et la réponse qu’ils fournissent en 2011 est toujours aussi édifiante : si nous économisons l’énergie en privilégiant la sobriété et l’efficacité, il nous suffira, même en 2050 (75 millions de français), de disposer d’un tiers de l’énergie primaire (1) actuellement nécessaire pour subvenir à nos besoins, sans pour autant diminuer notre confort. Et les énergies d’origine renouvelable pourront fournir 90% de cette énergie.

 

DEGIVRER LE FRIGO,

RALENTIR LA « DECOHABITATION »

Economiser signifie être sobre. La sobriété énergétique pourrait permettre, selon le scénario présenté par l’association, d’économiser 600 térawatts-heures (2) en 2050, soit 20% de l’énergie que nous produisons aujourd’hui. 

En quoi consiste la sobriété énergétique ?

Tout simplement, il s’agit de l’ensemble des pratiques qui permettent de réduire notre consommation d’énergie sans pour autant réduire notre confort. Certaines relèvent de petits gestes, d’autres impliquent des changements de comportement plus globaux.

Pour les pratiques de consommation courantes, on peut par exemple éteindre les veilles d’écran, dégivrer les frigos…mais aussi consommer des produits locaux pour limiter le transport de marchandises, bio pour diminuer l’utilisation de produits chimiques (pétroliers), et tout simplement réduire notre surconsommation alimentaire, aujourd’hui trop riche de 30% en calories, et de 80% en protéines ! Concernant l’habitat, les experts préconisent notamment la limitation du processus de « décohabitation » aujourd’hui à l’œuvre. Pourquoi ne pas favoriser la cohabitation entre célibataires, et intergénérationnelle ? Quand à la construction, le scénario montre qu’en privilégiant les matériaux naturels, on peut réduire drastiquement l’utilisation (donc la production) de béton, de plastique et de métal. La sobriété concerne enfin nos pratiques de mobilité : réduire fortement les déplacements aériens, limiter la vitesse au volant, inciter au covoiturage, préférer les transports doux ou collectifs au détriment du tout voiture…

 

PLAN MASSIF D’ISOLATION THERMIQUE

Economiser signifie donc être sobre, mais surtout être efficace. A l’horizon 2050, les mesures visant à l’efficacité énergétique pourraient concourir à réduire notre production énergétique de 40% ! Côté production, le développement de la cogénération (3) permettrait de réaliser de fortes économies. Et côté consommation, le potentiel le plus conséquent réside dans l’habitat, responsable aujourd’hui de 45% de notre facture énergétique. Les auteurs du scénario préconisent une politique massive de rénovation du bâti accompagnée d’une généralisation des technologies de chauffage les plus performantes telles que la chaudière à condensation, dans laquelle les vapeurs de combustion servent aussi à chauffer l’eau. Côté transport, l’efficacité énergétique repose avant tout sur l’amélioration des moteurs et sur le développement de transports efficaces (ferroviaire, fluvial) au détriment du secteur routier pour les transports de marchandises.

 

SORTIR DU NUCLEAIRE EN 2033

Nous sommes à présent en novembre 2050. le scénario NegaWatt a été suivi. Les comportements et les politiques ont changé : la sobriété et l’efficacité ont permis d’économiser plus de 2000 TWh d’énergie primaire cette année. Pour les 1000 TWh dont nous avons toujours besoin, le scénario préconisé en 2011 a également été suivi : les énergies renouvelables en fournissent plus de 90%. La biomasse solide (4) est la ressource énergétique prépondérante du pays. Elle assure l’essentiel de nos besoins en chauffage, qui ont considérablement diminué depuis la politique volontariste d’isolation thermique du bâti. Le biogaz (5), qui a progressivement remplacé le gaz naturel, assure l’essentiel de nos besoins énergétiques en mobilité. Le pétrole n’est plus utilisé que pour les transports aériens. Enfin, grâce à l’hydraulique, au solaire photovoltaïque, mais surtout à l’éolien, nous pouvons tranquillement recharger notre vélo électrique. La technologie de l’électrolyse, qui existait déjà en 2011 mais qui a vraiment été développée dans les années 20, permet de stocker les surplus électriques sous forme de méthane. Le nucléaire ? Abandonné en 2033 : il était jugé trop dangereux, trop cher, et inutile.

 

Petit lexique énergétique

  1. L’énergie primaire désigne l’énergie totale produite, en « amont », à partir des ressources énergétiques (charbon, pétrole, gaz naturel, uranium…bois, vent, soleil, biogaz, courant des rivières, marées…). L’énergie finale est celle que nous consommons en « aval ». compte tenu des pertes dues au stockage, au gaspillage, au transport et à la production d’énergie, seulement 65%  de l’énergie primaire produite est aujourd’hui utilisée en énergie finale. Les experts de NegaWatt estiment que ce rendement pourrait atteindre 82% si des mesures d’efficacité énergétique étaient prises.
  2. Un Térawatt (TW) équivaut à un million de mégawatts, soit mille milliards de watts.
  3. La cogénération consiste à produire, à partir d’une même installation, de l’énergie thermique (chaleur) et de l’énergie mécanique. L’exemple le plus parlant de la cogénération est la récupération de la chaleur dégagée par les turbines d’une centrale électrique.
  4. la biomasse solide désigne principalement le bois et ses dérivés (granulés…) ainsi que toute ressource ligneuse, comme les résidus des récoltes : bagasse de canne à sucre, grappe de maïs…
  5. Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales. Il est produit à partir des déchets industriels, agricoles et ménagers dans les centres de stockage et les méthaniseurs ou encore dans les digesteurs de boues de stations d’épuration.

 

 

(L’âge de faire n.58 – Novembre 2011- Article de Fabien Ginisty)

 

La synthèse du scénario négaWatt 2011 à télécharger : 

http://www.negawatt.org/telechargement/SnW11//Scenario_negaWatt_2011-Dossier_de_synthese-v20111017.pdf 

 

Une association « cousine » de négaWatt : GLOBAL CHANCE 

qui fait un boulot remarquable (mais peu remarqué) depuis 1992 :

http://www.global-chance.org/index.php

 

Elle publie des articles et dossiers très documentés sous forme de cahiers.

La pertinence de ses docs doit tenir entre autre du fait que plusieurs de ses 30 experts sont d’anciens du CEA ou d’EDF !

Parmi ses publications, qui tentent de contrer la propagande du lobby nucléaire:

Extrait des conclusions du cahier n°30 (sept 2011) :


"L’énergie en Allemagne et en France : une comparaison instructive"

...Enfin, on est surpris de constater que, contrairement à l’idée généralement admise, le solde des échanges d’électricité

de la France avec l’Allemagne est négatif : la France importe 12 TWh de plus d’Allemagne qu’elle n’exporte vers ce pays....

 

A consulter sur : http://www.global-chance.org/spip.php?article50

 

 

A consulter aussi :

Les Cahiers de Global Chance, n°29, avril 2011  

"Nucléaire : le déclin de l’empire français"

http://www.global-chance.org/spip.php?article49

Partager cet article

Repost 0
CAN - Collectif pour des Alternatives au Nucléair - dans En parlant du nucléaire...
commenter cet article

commentaires

Qui Sommes Nous?

  • : CAN Commission pour des alternatives au nucléaire sud gresivaudan
  •  CAN  Commission pour des alternatives au nucléaire sud gresivaudan
  • : Le CAN, collectif né le 28/09/11 est devenu la "Commission pour des Alternatives au nucléaire", au sein de l'Association GSE depuis le 15/04/13. Il s’est monté à l’initiative de citoyens de Saint Marcellin, du Royans et des alentours et est ouvert à toutes personnes et associations désireuses d’agir pour l’arrêt du nucléaire et la mise en place d’alternatives durables (ni nucléaire, ni gaz de schistes). contact: cansudgresivaudan@yahoo.fr
  • Contact

Prochaine réunion

Venez nombreux joindre vos forces vives et esprits créatifs pour un monde meilleur ! Prochaine réunion: le 16/12/13 à 20h30 Maison des Associations de St Marcellin